La Kinésithérapie pour la maladie de Parkinson

Qu’est-ce que la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson est une affection neurologique progressive caractérisée par des problèmes moteurs et non moteurs. Ses principaux symptômes découlent d’un dysfonctionnement cérébral dû à une réduction de la production de messagers chimiques, en particulier le neurotransmetteur appelé dopamine.

Les trois principaux symptômes moteurs (mouvements) sont la bradykinésie (lenteur), la rigidité (raideur) et les tremblements. Le diagnostic est généralement basé sur un examen clinique. Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson peuvent présenter un risque de chute, une perte de confiance et d’indépendance et une qualité de vie réduite.

La pharmacothérapie et la stimulation cérébrale profonde peuvent apporter un soulagement partiel des symptômes, mais de nombreuses personnes ont besoin d’un soutien supplémentaire grâce à des interventions de santé connexes, notamment la kinésithérapie, considérée comme une priorité absolue par les personnes interrogées dans le cadre de l’enquête menée par Parkinson’s UK auprès de ses membres.

 

La Kinésithérapie et la maladie de Parkinson

La participation de la kinésithérapie est appuyée par un socle de données probantes de plus en plus importante provenant de recherche de pointe, qui contribue à l’élaboration de lignes directrices sur les meilleures pratiques en matière de traitement. Les avantages à court terme pour les patients dans une gamme de mesures physiques et de qualité de vie ont été identifiés par des revues systématiques.

L’évaluation et la gestion de la physiothérapie se concentrent sur l’amélioration de la capacité physique et de la qualité des mouvements dans la vie quotidienne par le biais de l’entraînement à la marche et au transfert, de l’éducation à l’équilibre et aux chutes et de la pratique d’activités manuelles (par exemple, atteindre et saisir). D’autres questions, telles que la douleur, le bien-être, la fonction respiratoire et les réseaux de soutien, peuvent également nécessiter une attention particulière.

Les deux principaux domaines d’intervention de la kinésithérapie adaptée à la maladie de Parkinson concernent l’exercice et l’entraînement à la stratégie de mouvement.

Au cours des premières étapes, les kinésithérapeutes mettent l’accent sur l’éducation et l’autogestion en encourageant le recours aux loisirs et aux programmes du troisième secteur qui favorisent la forme physique générale et l’inclusion dans les activités de la communauté. Les exercices spécifiques à la physiothérapie peuvent compenser les effets de la maladie de Parkinson pour minimiser la détérioration de la force, de l’endurance, de la souplesse et de l’équilibre.

À mesure que la maladie progresse, les kinésithérapeutes enseignent et appliquent des stratégies de mouvement pour surmonter la difficulté à générer des mouvements et des pensées automatiques, notamment en développant des stratégies pour compenser la perte de fonction, en utilisant des indices externes (auditifs, tactiles, visuels et sensoriels) ou internes (répétition mentale et visualisation), en s’entraînant à une double tâche, en pratiquant l’auto-apprentissage et en améliorant la capacité d’attention.

Le coût estimé par l’assurance maladie Au Royaume-Uni:

Le NICE a estimé le coût de la physiothérapie à 156 £ par personne la première année et à 25 £ par an par la suite.
Le tarif de meilleure pratique de 672 £ par personne incidente n’est payable que si la physiothérapie est proposée.
Il a été démontré que les programmes d’exercices ciblés par rapport aux soins habituels réduisent les coûts de £292 en moyenne.
Les physiothérapeutes de proximité, qui pratiquent des interventions fondées sur des preuves, ont réduit les coûts des soins de santé de 727 € par rapport aux soins habituels.

Epidémiologie Au Royaume-Uni :

127 000 personnes ont reçu un diagnostic de maladie de Parkinson(9), ce qui en fait le deuxième trouble neurologique le plus fréquent au Royaume-Uni(9). Avec le vieillissement de la population, ces chiffres doubleront d’ici 2030
Le diagnostic est principalement posé chez les plus de 55 ans, mais il est de plus en plus fréquent chez les jeunes
On estime que 4 à 20/100 000 personnes sont nouvellement diagnostiquées chaque année
1/500 personnes sont touchées, la prévalence augmentant avec l’âge ; 1,4% ont plus de 60 ans et 4,3% plus de 85 ans
L’incidence est 1,5 fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes.

Étude de cas

Sur une période de six mois, la mise en place d’une équipe multidisciplinaire de Derby Parkinson (MDT) a permis d’offrir un service intégré, holistique et sans faille, visant à permettre aux personnes atteintes de Parkinson de continuer à vivre dans la communauté et de manière aussi autonome que possible.

L’équipe dirige un programme national de formation à la gestion de la maladie de Parkinson et du parkinsonisme, ainsi qu’une clinique hebdomadaire de PCT dirigée par des consultants.

Le spécialiste en rééducation physique fournit une évaluation et une rééducation fondées sur des données probantes, individuellement et en groupe. Une mesure spécifique – la Lindop Parkinson’s Assessment Scale (LPAS)(7) – a été mise au point pour surveiller les altérations des fonctions et le risque de chute.

L’équipe a montré que des interventions efficaces de PCT pour les patients hospitalisés souffrant de la maladie de Parkinson peuvent réduire la durée du séjour de 4 jours et améliorer l’état des patients.

Conclusion

La kinésithérapie est essentielle dans la prise en charge multidisciplinaire des personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Les conseils et l’éducation dispensés aux premiers stades permettent de maintenir la forme physique générale, de minimiser la détérioration et de promouvoir l’autogestion. Dans les stades ultérieurs, la kiné peut améliorer la démarche, l’équilibre, les transferts, les activités manuelles et réduire le risque de chute.

Source: https://www.csp.org.uk/publications/physiotherapy-works-parkinsons