Kiné respiratoire2018-12-23T10:44:32+00:00

Kiné Respiratoire

Quand les poumons s’affaiblissent.

PRENDRE RENDEZ-VOUS

La prise en charge des patients atteints de maladies respiratoires aiguës et chroniques est devenue multidisciplinaire. Les éléments essentiels de la prise en charge des patients respiratoires sont désormais assurés par des professionnels de santé comme les médecins, kinésithérapeute, infirmières, psychologues, ergothérapeutes, nutritionnistes… Ces professionnels participent à la prévention, au diagnostic, à l’évaluation des traitements et à la gestion des maladies respiratoires. Le diagnostique est devenu la pierre angulaire de la classification de nombreuses maladies: Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO), asthme, maladies pulmonaires interstitielles, apnée du sommeil… La spirométrie (test de fonction pulmonaire) est de plus en plus utilisée dans de nombreux domaines comme test de dépistage de base pour établir l’approche thérapeutique appropriée. La mesure de la fonction pulmonaire, des concentrations gazeuses dans le sang artériel et de l’oxymétrie, ainsi que l’évaluation de la condition physique ou de l’observation au cours du traitement convenu, sont également devenus importants pour déterminer un parcours thérapeutique adapté au patient.
Les kinésithérapeutes sont particulièrement impliqués dans la réadaptation des patients atteints d’affections respiratoires chroniques et constituent souvent le second point de contact du patient avec le personnel médical. L’éducation et le transfert des connaissances entre les différents groupes professionnels est devenu de plus en plus important afin de s’assurer que la recherche fondée sur des données probantes est transposée dans la pratique clinique.

Les principes de la kiné respiratoire

La kinésithérapie respiratoire est principalement axée sur le développement, le maintien et le rétablissement l’amplitude respiratoire maximal et des capacités fonctionnelles d’une personne. Il comprend l’examen/évaluation, le diagnostic, le pronostic/planification du traitement, l’intervention/traitement et le réexamen. Le cadre conceptuel le plus fréquemment utilisé par un kiné sur Paris est la classification internationale des fonctions ; l’objectif principal de cette classification est d’améliorer la qualité de vie du patient dans sa vie quotidienne. Chez les patients souffrant d’affections respiratoires, la kinésithérapie comprend, sans toutefois s’y limiter, une pratique visant à améliorer l’amplitude thoracique et celle visant l’élimination des sécrétions. Au cours des dernières années, les preuves de l’utilisation de la kinésithérapie ventilatoire sous forme d’exercices physiques ont augmenté dans de nombreux domaines, allant des soins intensifs aux maladies respiratoires chroniques. Les services d’un kinésithérapeute peuvent être utilisés à tous les âges et à tous les stades de la maladie, depuis le diagnostic précoce, aux épisodes aigus, aux maladies chroniques et aux soins hospitaliers. Ainsi, les kinésithérapeutes ont un rôle clair et spécifique dans la plupart des parcours de soins cliniques. Le rôle du physiothérapeute dans les soins aux patients comprend l’évaluation, les conseils, l’éducation et le traitement. Traditionnellement, les kinésithérapeutes respiratoires aident à la mobilisation et à l’élimination des sécrétions. Cependant, ce n’est qu’un des nombreux problèmes que les physiothérapeutes peuvent résoudre. Ils ont pour but de:

  • Maintenir ou améliorer la tolérance à l’exercice;
  • Améliorer les capacités fonctionnelles (c’est-à-dire l’exécution des tâches quotidiennes);
  • Maintenir et améliorer l’activité physique, en aidant les patients à améliorer les comportements sains;
  • Réduire l’essoufflement et le travail de respiration;
  • Améliorer l’efficacité de la ventilation;
  • Soutenir le sevrage de la ventilation mécanique et mettre en place une ventilation normal non invasive;
  • Mobiliser et aider à l’expectoration des sécrétions (toux de mucus);
  • Améliorer les connaissances et la compréhension du patient;
  • Réduire la douleur thoracique.

Compétences d’un kiné respiratoire:

Les kinésithérapeutes qui se spécialisent dans le traitement des patients atteints de maladies respiratoires ont une formation en physiologie respiratoire, en physiologie de l’exercice, en physiologie musculaire et en rééducation physique. D’autres sous-spécialisations peuvent inclure une expertise particulière dans la ventilation mécanique, l’administration d’aérosols et la rééducation pulmonaire. Un kinésithérapeute devrait atteindre les objectifs susmentionnés en gardant à l’esprit l’objectif d’une pratique fondée sur des données probantes, c’est-à-dire qu’il devrait connaître l’intervention la plus efficace, fondée sur des données scientifiques, et intégrer ces connaissances à leurs pratiques, leurs jugements cliniques et aux préférences du patient. Récemment, des directives de traitement fondées sur des données scientifiques ont résumés et approuvés le rôle de la kinésithérapie dans le traitement des patients souffrant de troubles respiratoires. Le contacte d’un patient avec son kinésithérapeute est souvent fréquent et d’une durée relativement longue. Le kinésithérapeute est donc idéalement placé pour aider à soulager l’anxiété, renforcer la confiance et fournir de l’information pertinente et des conseils appropriés.

Quelles maladies nécessitent de la kiné respiratoire ?

Les maladies pulmonaires sont parmi les maladies les plus courantes. Des dizaines de millions de personnes souffrent de maladies pulmonaires. Le tabagisme, la pollution, les infections et la génétique sont responsables de la plupart des maladies pulmonaires. Les poumons font partie d’un système complexe, qui se dilate et se rétracte des milliers de fois par jour (environs 16 fois par minute) pour apporter de l’oxygène et expulser le dioxyde de carbone. Les maladies pulmonaires peuvent résulter de problèmes dans n’importe quelle partie de ce mécanisme. La kinésithérapie respiratoire est conçue pour aider les patients qui souffrent de difficultés ou de troubles respiratoires.

Maladies pulmonaires affectant les voies aériennes

La trachée (trachée) se ramifie en tubes appelés bronches, qui à leur tour se ramifient pour devenir progressivement des tubes plus petits à travers les poumons. Les maladies qui affectent les voies respiratoires comprennent :

L’asthme

Les voies respiratoires sont enflammées de façon persistante et les patients qui en souffrent présente une dyspnée expiratoire (c’est-à-dire une difficulté à expirer), causant une respiration difficile, un essoufflement, une oppression thoracique, une toux sèche et des sifflements. Les allergies, les infections ou la pollution peuvent déclencher une crise d’asthme. Une recommandation essentielle pour les personnes souffrant d’asthme comprenne la prise d’anti-inflammatoires comme les corticoïdes en aérosol. Tous ceux qui souffrent d’asthme ont besoin d’un inhalateur à porter de main pour ouvrir rapidement les voies respiratoires en cas de crise. Habituellement, l’asthme commence dans l’enfance et progresse vers l’âge adulte.

La Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO)

La BPCO est un terme générique qui englobe plusieurs maladies respiratoires. Elle cause de l’essoufflement, une production excessive de mucus et l’incapacité d’expirer normalement. La BPCO peut être difficile à identifier pour certaines personnes, car les symptômes sont souvent confondus avec le processus de vieillissement naturel du corps. En fait, la BPCO peut se développer sur plusieurs années sans signe d’essoufflement. Pour cette raison, elle passe souvent inaperçue beaucoup trop longtemps. Cette maladie commence habituellement lorsque les gens sont dans la trentaine, puis atteint un sommet au cours de la soixantième année. Cette maladie est généralement associée au tabagisme. Il est rare de voir des personnes atteintes de BPCO qui n’ont pas été exposées à une forme quelconque de tabagisme. La gravité de la BPCO peut varier d’une personne à l’autre. Dans sa forme la plus grave, elle peut causer de grande difficulté dans la vie quotidienne. Le traitement comprend l’arrêt du tabac, les bronchodilatateurs (médicament qui ouvre les voies respiratoires) et la rééducation pulmonaire. Contrairement à l’asthme, la BPCO n’est pas réversible. C’est une cause importante de décès en France. La BPCO est l’une des maladies respiratoires les plus graves et les plus dangereuses, c’est la maladie la plus fréquente dans la plupart des services de pneumologie.

La bronchite chronique

La bronchite chronique est caractérisé par une toux productive chronique, elle accompagne volontiers une BPCO. Habituellement, les gens crachent du mucus, surtout le matin. Elle se produit lorsque les glandes muqueuses des voies respiratoires augmentent leur production, les patients doivent alors tousser pour expectorer cette sécrétion supplémentaire. Comme la bronchite chronique est une forme de BPCO, elle est traitée de la même façon. Les gens peuvent également développer une bronchite aiguë, qui n’est pas une maladie à long terme, mais plutôt un problème infectieux. Elle se développe à partir d’une infection virale ou bactérienne et peut être traitée avec des antibiotiques. Les symptômes associés à la bronchite aiguë disparaîtront une fois que l’infection aura disparu.

L’emphysème

L’emphysème est une maladie respiratoire grave, elle peut se produire en cas de BPCO. La cause la plus fréquente est le tabagisme et les maladies pulmonaires obstructives. Les alvéoles pulmonaires des poumons sont soumis à une forte pression positive se dilate à un point tel qu’elles se brise. Cette maladie du système respiratoire entraîne le plus souvent une insuffisance respiratoire et un besoin d’oxygène supplémentaire. L’emphysème évolue lentement au fil des ans, et il n’existe aucun remède ; cependant, les personnes qui cessent de fumer sont plus susceptibles de voir la progression de la maladie ralentir. La difficulté d’expulser l’air est pathognomonique.

La fibrose kystique

La fibrose kystique est une maladie respiratoire génétique causée par un gène défectueux qui crée un mucus épais et collant qui obstrue les voies respiratoire. Ce mucus provoque des infections pulmonaires répétées et dangereuses. Les symptômes de la fibrose kystique comprennent une toux chronique, des infections pulmonaires fréquentes et un faible taux de croissance chez les enfants. Les personnes atteintes de fibrose kystique développeront également une bronchectasie.

La bronchiectasie est un état dans lequel les patients développent des bronches anormalement dilatées. Cela permet au mucus de s’accumuler, causant des infections fréquentes des voies respiratoires, une respiration sifflante et un essoufflement. En plus de la fibrose kystique, il existe d’autres façons de développer la bronchiectasie, y compris certaines infections. La bronchiectasie se développe habituellement plus tard dans la vie et est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

Maladies pulmonaires affectant les alvéoles:

Les voies respiratoires finissent par se ramifier en de minuscules tubes (bronchioles) qui se transforment en groupes de sacs d’air appelés alvéoles. Ces sacs d’air constituent la majeure partie du tissu pulmonaire. Les maladies pulmonaires affectant les alvéoles comprennent :

La pneumonie

La pneumonie est une maladie pulmonaire courante causée par une infection dans les alvéoles pulmonaires. Les infections peuvent être bactériennes, virales ou fongiques. La plupart des gens peuvent se rétablir en une à trois semaines, mais pour certaines personnes, la pneumonie peut être extrêmement grave et même mettre leur vie en danger. Les symptômes, qui comprennent de la toux, de la fièvre, des frissons et de l’essoufflement, et peuvent varier de légers à graves. Il est très important pour les adultes de plus de 65 ans ou les personnes atteintes d’une autre maladie chronique de recevoir le vaccin contre la pneumonie à pneumocoque. Parmi les autres moyens suggérés pour prévenir cette affection respiratoire, mentionnons le lavage fréquent des mains et le vaccin antigrippal.

La Tuberculose

C’est une pneumonie à évolution lente causée par la bactérie Mycobacterium tuberculosis. Un traitement médicamenteux rapide est nécessaire.

L’emphysème

L’emphysème résulte de l’endommagement des connexions fragiles entre les alvéoles. Fumer est la cause habituelle. (L’emphysème limite également la circulation de l’air, ce qui affecte également les voies respiratoires.

La pleurésie:

L’épanchement pleural est une collection de fluide entre le poumon et la paroi thoracique dans ce qu’on appelle l’espace pleural. Le liquide peut s’accumuler pour diverses raisons, dont la pneumonie, le cancer ou l’insuffisance cardiaque. Habituellement, les patients remarquent des symptômes comme des douleurs thoraciques et un fort essoufflement. Les personnes ayant reçu ce diagnostic subissent habituellement une intervention visant à retirer le liquide, ce qui permet au poumon de se dilater de nouveau, et permet au patient de mieux respirer. Ce fluide est ensuite testé pour déterminer l’origine de la pleurésie.

L’Œdème pulmonaire :

Un liquide s’échappe des petits vaisseaux sanguins du poumon dans les zones et les alvéole environnante. L’oedeme pulmonaire est causée par l’insuffisance cardiaque à l’hypertension dans les vaisseaux sanguins des poumons ou bien une blessure directe au poumon causant une fuite de liquide vers l’espace interstitiel.

Le cancer du poumon

Un cancer peu se développer dans n’importe quelle partie des poumons, ce cancer est difficile à détecter. Le type, l’emplacement et la propagation du cancer du poumon déterminent les options de traitement. Les mutations de l’ADN des cellules du poumon provoquent la multiplication de cellules cancéreuse et créent une croissance incontrôlée de cellules anormales, ou tumeur. Ces tumeurs interfèrent avec les fonctions normales du poumon. De loin le facteur de risque le plus courant de cancer du poumon est la fumée de cigarette. D’autres facteurs de risque comprennent l’exposition toxique au radon, l’amiante, les vapeurs de produit chimiques, la fumée, la pollution de l’air. Les symptômes peuvent prendre des années à se manifester, mais comprennent des symptômes comme la toux chronique, des bruits respiratoires anormaux et une toux sanguinolente dans les cas avancés.

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) :

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë est une blessure grave et soudaine aux poumons causée par une maladie. Le maintien des fonctions vitales avec ventilation mécanique est habituellement nécessaire pour survivre jusqu’à ce que les poumons se rétablissent.

Maladies pulmonaires affectant l’interstitium

L’interstitium est une fine et délicate doublure microscopique entre les alvéoles. De minuscules vaisseaux sanguins traversent l’interstitium et permettent l’échange gazeux entre les alvéoles et le sang. Diverses maladies pulmonaires affectent l’interstitium :

Maladie pulmonaire interstitielle : Les affections pulmonaires affectant l’interstitium sont:

  • La sarcoïdose, la fibrose pulmonaire idiopathique et les maladies auto-immunes.
  • Les pneumonies et les œdèmes pulmonaires peuvent également affecter l’interstitium.

Maladies pulmonaires affectant les vaisseaux sanguins

Le côté droit du cœur reçoit du sang à faible teneur en oxygène provenant des veines. Il pompe le sang dans les poumons par les artères pulmonaires. Ces vaisseaux sanguins peuvent également souffrir de maladies:

L’embolie pulmonaire :

Un caillot de sang peut se former dans une veine profonde de la jambe (phlébite et thrombose veineuse profonde) et se détacher, pour venir obstruer le cœur et les poumons. Le caillot se loge dans une artère pulmonaire, causant alors un essoufflement et une diminution brutal du taux d’oxygène dans le sang.

L’hypertension pulmonaire :

Diverses pathologies peuvent conduire à une hypertension dans les artères pulmonaires. Cela peut causer un essoufflement et des douleurs thoraciques. Lorsqu’aucune cause n’est identifiée, l’affection est appelée hypertension artérielle pulmonaire idiopathique.

Maladies pulmonaires affectant la plèvre

La plèvre est une fine doublure qui entoure le poumon et tapisse l’intérieur de la paroi thoracique. Une minuscule couche de liquide permet à la plèvre à la surface du poumon de glisser le long de la paroi thoracique à chaque respiration. Les maladies pulmonaires de la plèvre comprennent :

L’effusion pleurale/pleurésie :

Le liquide s’accumule dans l’espace normalement minuscule de la plèvre entre le poumon et la paroi thoracique. La pneumonie ou l’insuffisance cardiaque en sont généralement responsables. Si de gros épanchements pleuraux peuvent entraver la respiration et doivent être drainés.

Le pneumothorax :

L’air peut pénétrer dans l’espace entre la paroi thoracique et le poumon, ce qui provoque l’affaissement du poumon. Pour éliminer l’air, un tube est généralement inséré à travers la paroi thoracique.
Mésothéliome : Une forme rare de cancer qui se forme sur la plèvre. Le mésothéliome a tendance à émerger plusieurs décennies après l’exposition à l’amiante.

Maladies pulmonaires affectant la paroi thoracique

La paroi thoracique joue également un rôle important dans la respiration. Les muscles relient les côtes les unes aux autres aide le thorax à se dilater et permet l’inspiration. Le diaphragme descend à chaque inspiration, ce qui provoque également une expansion du thorax:

  • Syndrome d’hypoventilation en cas d’obésité : Le poids supplémentaire sur la poitrine et l’abdomen rend difficile l’expansion de la poitrine. De graves problèmes respiratoires peuvent en résulter.
  • Troubles neuromusculaires : Une mauvaise fonction dans les nerfs contrôlant les muscles respiratoires provoque des difficultés respiratoires. La sclérose latérale amyotrophique et la myasthénie grave sont des exemples de maladie pulmonaire neuromusculaire.

Matériel utilisé en kiné respiratoire

Les kinésithérapeutes utilisent souvent des appareils mécaniques, comme l’équipement à Pression Positive Intermittente (PPI). Ces outils sont utilisés dans la profession depuis le milieu du 20e siècle. Avec la résurgence de l’intérêt pour les techniques de ventilation non invasives et une plus grande sophistication de ces techniques, les kinésithérapeutes disposent d’un plus grand arsenal vers lequel se tourner. De nombreuses personnes atteintes d’insuffisance respiratoire potentiellement mortelle peuvent être prises en charge avec succès de cette façon, en évitant l’intubation. De même, des dispositifs soigneusement sélectionnés peuvent aider au dégagement du mucus.

La spirométrie:

La spirométrie permet d’obtenir de précieuses informations sur les volumes d’aire inhalés, l’effort inspiratoire et expiratoire du patient en mesurant le débit d’air. Elle permet également un travail thérapeutique en augmentant ou en maintenant le volume pulmonaire, favorisant l’expectoration (rejet du mucus). Elle permet également d’éviter les infections pulmonaires graves, surtout après une chirurgie.
Application : En tenant le spiromètre à la verticale, le patient est encouragé à prendre une respiration lente et profonde pour atteindre un volume préétabli. Il est très important de retenir son souffle pendant 2 à 3 secondes à pleine inspiration. L’expiration est lente et calme. Après chaque série de 10 respirations, il faut encourager la toux afin de dégager les poumons du mucus. Il est recommandé de répéter au moins dix respirations toutes les heures sur le spiromètre. La façon de respirer lors de l’utilisation d’un spiromètre est important. L’accent doit être mis sur l’expansion de la partie inférieure de la poitrine et du ventre pendant l’inspiration complète, plutôt que sur l’utilisation des muscles accessoires (autour du coup et de la ceinture scapulaire), ce qui encouragerait une meilleurs expansion du thorax.

Les percussions mécaniques

Le but de la percussion est d’appliquer de l’énergie cinétique à la paroi thoracique et aux poumons à intervalles réguliers. La percussion est aussi appelée tapping, clapping ou tapotement. Elle peut être réalisée en frappant rythmiquement le thorax avec une main ou en utilisant un dispositif mécanique appliqué directement sur le(s) segment(s) pulmonaire(s) atteint(s). Elle permet le détachement et l’évacuation de mucus.

Le flutter et l’Acapella

Le Flutter est un appareil portatif en forme de tuyau avec un embout buccal en plastique dans lequel le patient respire. À l’autre extrémité du tuyau, une bille en acier inoxydable vibre lors de l’inspiration. Le but est de produire des vibrations du flux d’air qui feront vibrer les parois des voies respiratoires et libéreront le mucus afin qu’il puisse être facilement évacué par le patient.
Un dispositif de pression positive vibratoire similaire: l’Acapella utilise une fiche et un aimant à contrepoids pour créer une oscillation du flux d’air. L’Acapella et le Flutter ont des caractéristiques et des performances similaires. A noté que la performance de l’Acapella n’est pas dépendante de la gravité (c’est-à-dire, dépendante de l’orientation de l’appareil) et peut être plus facile à utiliser pour certains patients. Cependant elle est plus difficile à nettoyer.

Dispositif de ventilation intra-pulmonaire à percussion (VIPP)

La ventilation percussive intra-pulmonaire (VIPP) combine l’inhalation d’aérosol et la percussion thoracique interne appliquée par l’intermédiaire d’un embout buccal. La VIPP consiste en la délivrance d’un flux pulsatile d’air à chaque impulsion. Elle peut être préréglée et la fréquence de pulsation ajustée à chaque individu. L’interruption du flux respiratoire permet l’expiration passive. Ce dispositif de ventilation aide à la clairance du mucus et peut être une alternative intéressante pour certains patients.

Pression expiratoire positive (PEP)

Le masque / embout buccal PEP contient une valve qui augmente la résistance lors de l’expiration. Le patient inspire et expire 5 à 20 fois à travers la résistance, créant une pression positive dans les voies respiratoires pendant l’expiration. La pression générée peut être surveillée et ajustée à l’aide d’un manomètre.

Déroulement d’une consultation en kiné respiratoire:

La kinésithérapie commence généralement par une évaluation complète de la fonction respiratoire et de la capacité d’effort du patient. L’évaluation de la fonction des muscles squelettiques est particulièrement importante, car elle constitue un obstacle majeur au fonctionnement normal chez de nombreux patients souffrant d’affections respiratoires. Sur la base de ces informations, un plan thérapeutique fondé sur des données probantes est élaboré.
Les kinésithérapeutes sont des membres importants de l’équipe clinique dans les unités de soins intensifs et respiratoires, les cliniques externes et les services de soins palliatifs. Le rôle des kinésithérapeutes s’élargit à mesure que les services de santé mettent davantage l’accent sur la gestion des maladies chroniques et le maintien de l’autonomie du patient : le cas échéant, les patients sont de plus en plus pris en charge dans le cadre de soins primaires avec des services hospitaliers à domicile.
Comme leurs collègues dans d’autres professions médicales, les kinésithérapeutes s’implique davantage dans la lutte contre les comportements préjudiciables à la santé (tabagisme, inactivité …). L’acquisition de ces compétences est un objectif éducatif important pour les années à venir.

HEURES D’OUVERTURES

Du lundi au vendredi
9:00 20:00
Samedi
Fermé
Dimanche
Fermé

06.34.87.49.99

LOCALISATION:

Prendre rendez vous

Pour prendre rendez vous, vous pouvez soit utiliser le calendrier en ligne soit nous appeler directement. Nous n’utilisons pas doctissimo pour le moment. En revanche nous utilisons un système similaire. Merci de bien renseigner tous les champs, vous recevrez un sms de confirmation à la fin de votre réservation.

FIXER UN RENDEZ-VOUS

suscipit eget Phasellus odio felis fringilla Sed libero facilisis risus. neque. ipsum