Le test de provocation en valgus est utilisé pour évaluer la présence d’une lésion du ligament latéral interne (LLI) du genou. Le patient est allongé sur le dos et le thérapeute place le membre inférieur à 30° de flexion du genou, en maintenant la cheville et le creux poplité. Afin d’effectuer ce test, une pression valgisante est appliquée sur la face latérale du genou, tout en contrôlant la rotation de la hanche. La procédure est répétée en extension du genou. Un test positif comprend la reproduction de la douleur sur la face médiale du genou ou un mouvement valgus significatif en extension (mouvement d’abduction du tibia par rapport au fémur).

Le test de provocation en valgus est une manœuvre d’examen physique utilisée par les prestataires de soins de santé pour évaluer les lésions du ligament collatéral médial (LMC). Le LMC est l’un des quatre principaux ligaments du genou qui assurent sa stabilité. Une lésion du LMC peut survenir à la suite d’un événement traumatique unique, comme une blessure sportive, ou d’une sollicitation répétitive du ligament, comme chez les coureurs. Étant donné que le LMC joue un rôle important dans la stabilité du genou, il est important d’évaluer et de traiter avec précision les lésions du LMC afin de prévenir les complications à long terme et les limitations fonctionnelles

 

Revue d’anatomie : Vue d’ensemble du ligament latéral interne et de son rôle dans la stabilité du genou

Le ligament collatéral médial (LMC) est l’un des quatre principaux ligaments du genou qui assurent la stabilité. Il attache le fémur (os de la cuisse) au tibia (os du tibia) et résiste au déplacement du tibia par rapport au fémur. Le LMC contribue également à limiter la rotation excessive du tibia vers l’intérieur du fémur

Le LMC est composé de deux parties : la partie superficielle et la partie profonde. La partie superficielle est fixée de façon proximale (plus près du corps) sur le condyle fémoral médial, tandis que la partie profonde est fixée de façon plus distale sur la face médiale du tibia. Les deux parties du LMC se rejoignent pour former une bande épaisse et plate d’environ 15 cm de long

Comment le test de provocation en valgus est-il effectué ?

Le test de provocation en valgus est réalisé avec le patient allongé sur le dos, les jambes tendues. L’examinateur stabilise la cuisse du patient d’une main tout en tenant sa cheville de l’autre main. L’examinateur met ensuite le genou du patient en flexion partielle et applique une force de valgus au niveau de la ligne articulaire tout en palpant (sentant) toute sensibilité le long du LLI.

Interprétation des résultats

Un test de contrainte en valgus positif est considéré comme un diagnostic de déchirure du LMC s’il y a une sensibilité à 30 degrés ou 60 degrés de flexion du genou. Cependant, un test de stress en valgus négatif n’exclut pas nécessairement une déchirure du LMC, car certains patients peuvent avoir une déchirure complète du LMC sans aucune sensibilité pendant cette manœuvre

Autres tests pouvant être utilisés pour évaluer les lésions du ligament collateral medial

En plus des manœuvres d’examen physique telles que le test de provocation en valgus, des études d’imagerie telles que l’imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent être utilisées pour évaluer les déchirures du LMC. L’IRM peut fournir des informations plus détaillées sur la taille, l’emplacement et la gravité d’une déchirure du LMC qu’un simple examen physique

Conclusion

Le test de provocation en valgus est une manœuvre d’examen physique utilisée par les prestataires de soins de santé pour évaluer les lésions du ligament collatéral médial (LMC). Une lésion du LMC peut survenir à la suite d’un événement traumatique unique, comme une blessure sportive, ou d’un stress répétitif sur le ligament, comme chez les coureurs. Le LMC jouant un rôle important dans la stabilité du genou, il est important d’évaluer et de traiter avec précision les lésions du LMC afin de prévenir les complications à long terme et les limitations fonctionnelles. Si vous pensez avoir subi une lésion du LMC, veillez à consulter un médecin afin de recevoir un diagnostic précis et un plan de traitement approprié.